Changer de vie. Un projet et un message.

Ce serait la tendance sociétale de l’ère d’avec.
Puisque nous ne sommes visiblement pas prêts de parler de l’ère d’après alors que se profile une cinquième vague…
Aux Etats-Unis la grande relance soutenue par Biden se heurte à cet inattendu grain de sable : une vague de démission sans précédent. Le Washington Post mentionnait en octobre le chiffre de 20 millions. C’est le nombre de personnes qui auraient démissionné depuis avril dernier.
Great Resignation versus New deal

L’Helicopter Money et le luxe du recul : dans le monde du travail, voilà ce qui a changé la donne côté demande avec la pandémie Covid-19.
La France connaît pareille crise de la demande. Et pas seulement sur les emplois les plus ingrats tel celui de la restauration. Alors que la digitalisation des entreprises s’intensifie, la France est en pénurie d’experts informatique. Le secteur IT peine à trouver des candidats. Ça ne se bouscule pas franchement au portillon sur les postes de développeur. 
En juillet dernier, j’avais déjà écrit un post sur le sujet pour le cabinet de recrutement IT Kroissance Search (Ex-Jacques Raud Consulting)  : Au pays de la pénurie, le candidat est roi !

Alors, pourquoi quittent-ils leur job ? 
En premier chef, pour un meilleur salaire et une plus grande sécurité de l’emploi. 
Mais pas seulement !
Le petit virus a probablement pesé de tout son Fentogramme (10-15 gramme) sur la dimension existentielle du travail.
La fameuse question du sens.
D’aucuns aspirent a plus de liberté.
Beaucoup souhaitent changer de vie.

Voilà. Le mot est lâché. 
Changer.
Verbe du premier groupe qu’on associerait plus volontiers à un univers consumériste.
Changer de smartphone. Changer de canapé. Changer de voiture.
Changer de vie ?
Oui, oui, c’est la tendance de fond
.

Changer de vie en commençant donc par le gros morceau : le job.
Qui, pour les actifs full time comme votre serviteur, engage tout de même la moitié de nos existences (éveillées) !
Il y a quelques jours, j’ai vu passer un post sur LinkedIn affirmant que ce désir de changement de vie pro était illusoire s’il était motivé par le projet de quitter un emploi pénible, difficile, ou tout simplement sans intérêt. Argument invoqué : si c’est pénible pour vous, ça l’est pour toute autre personne qui pourrait (et pourra) occuper ce poste. Rester sur un tel poste, et même y performer, est au contraire une façon de se démarquer de la concurrence des autres candidats potentiels. Prendre sur soi plutôt que partir. 
Un argument pour le moins étrange alors que les phénomènes sociétaux du burn out, du bore out et désormais du brown out (la perte du sens !) sont clairement admis et reconnus par les spécialistes du monde du travail toutes disciplines confondues. Le bullshit job par exemple n’est pas un concept creux ! Appliquer le principe du No pain, No gain à ce constat me semble passablement hors sujet, voire fallacieux… Il faut que je vérifie qu’il ne s’agit pas là d’une campagne réseaux pour ramener du candidat vers des offres.

Anyway.
Changer de vie, donc…

Invitation est faite à nous autres communicants de parler d’un sujet essentiel, quasi existentiel, au milieu du bruit.
Dans un de mes derniers posts pour le groupe Kroissance sur le branding et les plateformes de marque, je viens d’évoquer cette problématique actuelle du bruit : Arrêtez de faire du bruit !

Oui, comment communiquer sur une question aussi essentielle sans que l’authenticité ne s’exprime au détriment de la visibilité ? Ou l’inverse : sans que l’audience ne se gagne au détriment de la sincérité ?
Comment faire pour que la sincérité d’un tel projet soit communicative ?

Le challenge s’est à vrai dire bien vite présenté à moi avec la question du Bilan de Compétences.
Personne n’a échappé ces derniers mois au harcèlement des call centers qui vous encouragent à casser votre tirelire CPF. Ouf, pratique désormais illégale…
Or, le Bilan de Compétences est éligible au CPF, avec généralement une prise en charge totale pour les salariés en poste depuis plus de 2 ans.
Bref, faites le point, Monsieur, c’est gratuit.

Las, tous les bilans ne se valent pas.
La concurrence est relativement féroce sur le marché.
Et bien des acteurs de ce marché pensent marge avant de penser humain.
Mini-bilan, bilans discount, bilans low cost…
La logique du Bilan à la chaîne nuit malheureusement à l’image de cette prestation.
Qui est pourtant tout sauf un produit de confort ou de l’occupationnel.

Nous nous apprêtons à publier une vidéo titrée « Parole de consultant ».
J’ai interviewé une consultante du cabinet RH Anode Management
Elle m’a longuement parlé de son métier. De sa passion faudrait-il dire. 
Une vision humaine et engagée du bilan m’est soudainement clairement apparue.
Il n’y a donc pas que du « bullshit bilan  » sur le marché.
Des gens très sérieux le font très sérieusement.
Des pros qui généralement ne sont pas juste « Consultant en Bilan de Compétences » mais aussi psychologue du travail, coach de vie, manager d’équipe, conseiller en orientation…

Surtout, l’enjeu réel du bilan, à travers les nombreux exemples concrets fournis par cette consultante, m’est devenu limpide dans tout son potentiel de transformation : un bilan, ça vous change une vie.
Ce claim validé par le vécu, nous en avons fait celui de notre campagne Bilan de Compétences.

Avec notamment une petite vidéo qui joue la gravité sans pathos, et qui rappelle en signature cette proposition, cette invitation, qui n’a rien d’un jeu mais peut se révéler la chance d’une vie : « Vos compétences méritent réflexion. »

Vouloir changer de vie n’est pas une mode, la nouvelle lubie de ceux qui ne veulent plus de la souffrance au travail. Soi-disant au détriment du raisonnable (Il faut vraiment que je retrouve l’émetteur de ce drôle de raisonnement).
A nous communicants de savoir relayer cette différence justement entre ce qui relève d’une aspiration profonde et d’un rêve passager d’évasion.

Ce qu’exprime l’auteur Dan Millman (Le guerrier pacifique) avec une belle efficacité :
« le secret du changement consiste à
concentrer son énergie pour créer du nouveau,
et non pas pour se battre contre l’ancien. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s